Archives de catégorie : Suivre la Karabane (le blog)

Vienne

A l’ouest de la Slovaquie, Bratislava et ses environs

Brezno et Banska Stavnica (Slovaquie)

 

3 jours à Tokaj (Est Hongrie), du vin et des moustiques

Benzine ou gazoline ?

Borsa, étape la plus à l’est de notre périple (Roumanie)

Cimetière joyeux de Sapanta (frontière Ukraino-Roumaine)

Toujours dans le Maramures

Une semaine dans le Maramures (Roumanie)

 

Le parc national de la puszta

C’est une grande plaine aride marécageuse du nord est de la Hongrie qui est classée réserve mondiale de la biosphère par l’Unesco.

Très peu peuplée, elle s’étend à perte de vue, elle fût utilisée comme pâturage par les « cowboys » hongrois

Un minibus nous a conduit au parc animalier d’Hortobagy, où certaines espèces aujourd’hui en captivité vivaient avant l’apparition de l’homme

Nous avons pu observer la faune et la flore particulière de cette région.

Les mammifères : les loups, le renard, le chacal, le putois, la fouine, les chevaux Nonus, les chevaux Préwalski (venus de la préhistoire, ce sont les ancêtres des chevaux actuels), chats sauvages, bœufs gris à énormes cornes, auroch, sanglier, chevreuil, moutons à cornes en spirale

Conseil d’ornithologue pour bien observer les oiseaux, il faut : prendre des jumelles, être calme et silencieux, grimper dans les miradors proches des plans d’eau.

Ce que nous avons vu :

Échassiers : Héron, Cigogne,  grande aigrette, et de nombreux autres non identifiés

Rapaces : Vautours, Aigles, Chouette, Faucon, balbuzard

Mais aussi : Pélican, des cygnes, des canards, des hirondelles

La flore : Des grandes étendues de roseaux, nénuphars, chardons, saules, tremble, sureau, petites fleurs de printemps

Nous avons participé à une compétition traditionnelle de « cowboys » hongrois qui attrapent les boeufs gris au lasso

4 jours à BudapEst

Malgré notre appréhension d’arriver avec notre attelage dans la capitale hongroise nous arrivons sans encombre dans notre  camping sur les hauteurs vertes  de Budapest. Dans l’après midi, on s’offre une vue depuis les collines grâce au télésiège.

Le lendemain, en bus, on part découvrir le centre.

On retiendra :

  • Une ville agréable et variée, bien boisée, propre
  • La tranquilité de Buda et l’animation de Pest
  • Le gigantisme des monuments
  • Les gars qui se jettent dans l’eau glacée puis se frictionnent avec de la glace en sortant du sauna à 70° aux bains thermaux de Széchény
  • L’ambiance des ruins pubs alternatifs du quartier juifs et ses bandes de fêtards venus de toute l’Europe
  • La musique à tous les coins de rues, festival concerts gratuits dans  les parcs, orchestre dans les églises, petits violonistes roms sur la terrasse des cafés, sans oublier notre concert « Karabane »sur la place centrale de Szentendre…
  • Les fontaines et les statues à tout bout de champs
  • Un engouement général pour les échecs
  • Les kebabs falafel
  • Les drôles de vélos

 

Un dimanche à Pécs (Hongrie)

 

Sortie concert dans l’espace culturel Szolnay Pécs (Hongrie)

Découverte d’un super lieu réaménagé dans une ancienne manufacture de céramique de la ville de Pécs.

Ambiance familiale et festive, spectacle pour les enfants, marché local et artisanal, apéro concert et brioche traditionnelle cuite à la broche sur la braise.

Retrouvailles avec Mino et Fanouk à Magyarhertelend (Hongrie)

Jo napot kivanok !

Nous sommes arrivés en Hongrie dans la région de Pécs depuis le 17 mai. Papi Mino et Mamie Fanouk nous ont retrouvé dans notre fabuleux campement.

Nous avons pu leur montrer nos activités, nos petits spectacles et notre fonctionnement impeccablement huilé !

 

 

Photos en vrac

Une fatigante journée à Belgrade pour les Pasquet

Samedi 13 mai, découverte de la capitale Serbe :

Ce qui nous a plus :

  • Les nombreux espaces verts, la frise de mosaïque, la vue sur le Danube, les fanfares qui attendent la mariée à la sortie des églises orthodoxes, la formule 1kg de viande un litre de bière (Mathieu).

Ce qui nous a moins plus :

  • La signalisation en cyrillique, les grands boulevards avec quatre voies de chaque côté, les grandes distances entre les centres d’intérêt, les parcmètres qu’il faut payer via le téléphone portable et donc le PV qui en a résulté, le quartier Zemun réputé pour ses musiciens absents en cette saison.

Ce qu’on a détesté :

  • Le trajet retour. En effet, on s’est emmanché de nuit sur la mauvaise autoroute, on s’est très vite retrouvé très loin de notre camping. On s’est arrêté dans une station service pour regarder la carte, la batterie nous a lachée. Petite montée d’adrénaline à 22h00 avec un téléphone qui fonctionne pas dans ce pays. Heureusement que nous avons pu trouver une batterie pour remplacer et que nous avons pu compté sur la sympathie des pompistes serbes. Arrivée minuit au camping, accueillie par Noémie en chemise de nuit, sensiblement inquiète.

Retour au vert en Serbie

Après un transfert tumultueux, nous trouvons nos marques dans un coin bucolique de Serbie

Bosnie Sarajevo

Au début ça fait un peu peur

 

Mais sinon …

La ville de Sarajevo est riche d’histoire et très animée. Elle est surprenante et agréable malgré un environnement visuel parfois déroutant. C’est un mélange des cultures et le point de rencontre de 3 peuples de différentes religions (catholique, musulman et orthodoxe). Le centre vous transporte en orient avec les mosquées et les boutiques, vestiges de la période ottomane, puis viennent les grands bâtiments austro-hongrois, les grands ensembles de la période communiste et enfin des immeubles modernes en verre chargés de publicité.   Les bâtiments construits avant les années 90 portent souvent les traces de la guerre.

Dubrovnik

Jeudi 4 mai, dernière journée touristique avant de quitter la Croatie, Dubrovnik sera aussi le point le plus au sud de notre périple.

Nous avons fait un tour au marché avant d’avaler notre traditionnel pique nique croate ( concombre fromage chorizo).

Après la glace, nous avons fait deux équipes, les Fernandez ont écrits leurs cartes postales, puis sont rentrés par les criques, tandis que les Pasquet ont visités le War limited museum (photojournalisme de guerre, Gaza, Yougoslavie et autres) puis ont fait le tour de la ville par les remparts.

L’école à Brijesta

 

Joachim et Loula comptent la monnaie du dernier chapeau (Korcula)

Une rando qui finit bien

Dernière soirée à Skradin, arrivée dans la péninsule de Peljesac